Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

L'atripodanatoclaste

  • ONDAM : des économies à amplifier à partir de 2018 compte tenu des risques pesant sur la dépense

    La progression de l’ONDAM de +2 % en 2018 et sur les années suivantes prévue par la trajectoire pluriannuelle associée à la loi de financement pour 2017 nécessite la mise en œuvre de mesures d’économie plus élevées, de l’ordre de 500 M€, que celles retenues pour l’ONDAM 2017 (soit 3,4 Md€, hors mesures de périmètre présentées en mesures d’économies). Dans ce contexte, l’enjeu de clarté et de transparence de l’ONDAM devrait conduire à modifier la présentation des économies dans le cadre des projets de loi de financement de la sécurité sociale. L’annexe au projet de loi de financement annuel relative à l’ONDAM devrait ainsi distinguer clairement les économies stricto sensu, c’est-à-dire les mesures permettant de réduire effectivement la dépense exécutée, ou de limiter la progression de son tendanciel, des autres mesures, généralement non reconductibles, qui participent à la construction de l’objectif annuel. Ces dernières engendrent en effet une fragilité d’exécution de l’ONDAM à moyen terme, en différant la recherche d’économies réelles et en majorant l’effort à effectuer ultérieurement pour les mettre en œuvre. Le second enjeu, prioritaire, est d’amplifier et de réaliser effectivement les économies prévisionnelles associées à la définition de l’ONDAM, en renforçant les dispositifs de pilotage infra-annuels et en étendant et en diversifiant les mécanismes de mise en réserve de dépenses au sous-objectif relatif aux soins de ville. La faiblesse des mécanismes conventionnels, soulignée par la Cour à plusieurs reprises, ne peut faire reposer sur eux une maîtrise efficace de la dépense, comme l’atteste année après année les résultats décevants de la maîtrise médicalisée des dépenses. Il appartient à la loi de définir les objectifs et les mécanismes nécessaires. Bien que l’ONDAM 2017, compte tenu de ses biais de construction et de présentation, recouvre une progression réelle des dépenses (+2,4 %) sensiblement supérieure à celle affichée, pourtant rehaussée (à +2,1 %) par rapport aux années précédentes, l’absence de rebasage des dépenses de soins de ville fait peser un risque sur son exécution en 2017, malgré les dépenses mises en réserve en début d’année. Par ailleurs, des dépenses supplémentaires importantes vont fortement peser sur la construction et l’exécution de l’ONDAM 2018, aussi bien en matière de soins de ville que dans le domaine hospitalier et auront un effet qui se reportera sur les années suivantes. Le déficit persistant de l’assurance maladie qui constitue désormais l’essentiel de celui du régime général et du FSV, n’autorise aucun relâchement de la maîtrise de la dépense. Il exige au contraire des efforts redoublés de réorganisation du système de soins pour dégager les marges considérables d’économies qu’il recèle, mais aussi des dispositifs simples et robustes à même d’enrayer rapidement des dynamiques de dépenses excessives dès qu’elles sont décelées.

  • Du rayonnement depuis la route

    Il y a quelques temps, je suis parti avec ma femme pour un périple en camping-car. Mais pas n'importe où : en Amérique. Cette escapade m'a fait suivre un circuit prodigieux sur la route 66. Et vous savez quoi ? C'était encore mieux que tout ce que j'avais imaginé. Je place déjà ce voyage parmi les plus beaux que j'ai pu réaliser dans ma vie Malgré l'élection d'un certain milliardaire, les Etats-Unis restent une terre à nulle autre pareille, riche d'une ambiance qui lui est propre. Et beaucoup d'Américains se sont montrés très sympathiques partout où je suis allé, lorsqu'ils ont entendu mon accens typiquement français. Car comme je l'ai découvert sur place, le monde perçoit la France d'un autre oeil, depuis qu'on a un jeune président à notre tête. En premier lieu, en l'élisant, nous avons mis un frein à la tendance populiste en Europe. Et c'est bien entendu bien perçu (surtout dans un pays accablé par les nombreuses maladresses commises par Trump). Autre sujet d'étonnement pour eux, nous avons mis au pouvoir un président de 39 ans. Si l'on compare avec leur président de 71 ans, le décalage est forcément étonnant ! A bien des égards, Emmanuel Macron est en fait le contraire de leur président. Cela se voit par exemple dans leurs compagnes. C'est un fait, la célébrité de Macron découle surtout du couple qu'il forme avec Brigitte. Son couple a la même différence d'âge que Melania avec Donald. A une différence près : d'un côté, c'est Brigitte Macron qui est plus âgée que son époux, quand en face, c'est monsieur qui est plus âgé que son épouse ! Pendant ce voyage en Amérique, on m'a ainsi plus souvent parlé de Brigitte que d'Emmanuel Macron. Alors je dois bien reconnaître que certains Américains étaient choqués par la différence d'âge. Mais la plupart étaient intéressés et observaient la France comme un pays en avance sur son temps. Ce que j'ai pu constater, en tout cas, c'est que notre pays séduit bien plus qu'avant ! Soit dit en passant, si vous aimez les paysages américains, n'hésitez pas à découvrir les Etats-Unis avec un camping-car : c'est vraiment le meilleur moyen de traverser le pays. Vous pouvez jeter un coup d'oeil au site de l'organisateur, si vous souhaitez vous faire votre propre idée. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de ce séjour en camping car aux USA.

  • Du L-39 à Lille

    La vie est courte. Très courte. C'est pour cela qu'il faut en profiter. Et c'est pour cela que, le week-end dernier, je me suis essayé au vol en avion de chasse. Ca s'est passé à Lille, et je peux vous garantir que pendant cette demi-heure de vol, j'ai été au septième ciel ! :) J'y suis pourtant allé un peu les mains dans les poches, persuadé qu'il s'agirait d'un simple vol sensationnel. Je n'étais après tout pas un bizut : j'avais déjà tenté un baptême en biplace par mauvais temps. Je pensais donc très naïvement être prêt pour les sensations de vol à bord d'un avion de chasse. Bref, parfois, je plane complètement. Parce qu'évidemment, j'étais loin du compte. Si je devais confronter les sensations de ces deux vols, je dirais que le vol en biplace est un simple bleu sur le genou ; tandis que le vol en Fouga, c'est plus proche d'une crise cardiaque. Dès le départ, les sensations sont spectaculaires : on a comme l'impression d'avoir fusionné avec l'appareil tellement on se fond dans le siège. Et ce n'est là que la mise en bouche ! Car juste après, l'on passe aux choses sérieuses avec les acrobaties aériennes. Et là, ça devient complètement fou ! Sous l'effet des G, le simple fait de lever la main devenait complexe. A chaque changement de trajectoire, je devais également contracter mes muscles pour éviter de tomber dans les pommes ! Mais le moment qui m'a le plus marqué, ça reste lorsque le pilote m'a expliqué comment effectuer une acrobatie, puis m'a soudain annoncé qu'il me laissait aux commandes. Fasciné, j'ai pu faire quelques virages et même m'essayer à faire un tonneau ! Mon pilote n'a même pas essayé de m'en empêcher. Au contraire, il a levé les mains pour me signifier que je me débrouillais très bien et sans aide ! Énorme moment que celui-là, à tel point que j'ai encore du mal à croire que je l'ai vraiment vécu. En tout cas, si vous en avez un jour la possibilité, je vous invite à le vivre vous aussi ! Je vous mets en lien le site où j'ai déniché ce vol à Lille. Pour en savoir davantage, je vous recommande la lecture du blog sur ce de baptême en L-39 qui est très bien fait sur ce thème.