Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

Vers une nécessaire mutualisation des fonctions support

Pour la mise en œuvre de leurs actions, les fédérations ou clubs s’inscrivent dans le monde économique. Ils ont ainsi développé des services support nécessaires à leur activité : ressources humaines, communication, finances – gestion… Ces fonctions support nécessitent une appropriation de métiers très différents, le plus souvent éloignés du cœur de métier des fédérations et des clubs. La question de la mutualisation de ces fonctions est posée. Les acteurs de l’ESS peuvent proposer des exemples. Le groupe SOS a créé en 1996 un GIE « Alliance gestion » (groupement d’intérêt économique) afin de répondre à des besoins comptables des structures qui le composent. Cette organisation a très vite fait preuve de sa pertinence en permettant des économies d’échelle. Son périmètre a été élargi aux sujets liés à la comptabilité, aux finances, aux ressources humaines, au juridique et à la communication. Ce mode d’organisation permet la mise en commun de moyens entre plusieurs entités. Il propose un service à ses membres à coût réel (prestations « à l’euro, l’euro »). Sur la base de cet exemple, une réflexion pourrait être engagée par les fédérations, ou en tout ces certaines d’entre elles qui n’ont pas la surface économique suffisante pour assurer toutes ces fonctions en direct, afin de créer une ou plusieurs structures communes mutualisant ces fonctions. Des mises en commun existent déjà : les maisons du sport territoriales, l’agence de voyage partagée par certaines fédérations… sont des exemples à suivre. Il en est de même pour des structures de gestion des emplois avec des groupements d’employeurs ou le recours à la fédération profession sport loisirs. Si le mouvement sportif veut inscrire son activité dans une perspective de développement, il paraît nécessaire et urgent qu’il engage une réflexion sur cette question de la mise en commun de certaines fonctions support afin de libérer de l’énergie et des moyens pour les concentrer sur son cœur d’activité et, par là même, poursuivre sa professionnalisation.

Les commentaires sont fermés.