Blogs DHNET.BE
DHNET.BE | Créer un Blog | Avertir le modérateur

L'atripodanatoclaste - Page 2

  • Du rayonnement depuis la route

    Il y a quelques temps, je suis parti avec ma femme pour un périple en camping-car. Mais pas n'importe où : en Amérique. Cette escapade m'a fait suivre un circuit prodigieux sur la route 66. Et vous savez quoi ? C'était encore mieux que tout ce que j'avais imaginé. Je place déjà ce voyage parmi les plus beaux que j'ai pu réaliser dans ma vie Malgré l'élection d'un certain milliardaire, les Etats-Unis restent une terre à nulle autre pareille, riche d'une ambiance qui lui est propre. Et beaucoup d'Américains se sont montrés très sympathiques partout où je suis allé, lorsqu'ils ont entendu mon accens typiquement français. Car comme je l'ai découvert sur place, le monde perçoit la France d'un autre oeil, depuis qu'on a un jeune président à notre tête. En premier lieu, en l'élisant, nous avons mis un frein à la tendance populiste en Europe. Et c'est bien entendu bien perçu (surtout dans un pays accablé par les nombreuses maladresses commises par Trump). Autre sujet d'étonnement pour eux, nous avons mis au pouvoir un président de 39 ans. Si l'on compare avec leur président de 71 ans, le décalage est forcément étonnant ! A bien des égards, Emmanuel Macron est en fait le contraire de leur président. Cela se voit par exemple dans leurs compagnes. C'est un fait, la célébrité de Macron découle surtout du couple qu'il forme avec Brigitte. Son couple a la même différence d'âge que Melania avec Donald. A une différence près : d'un côté, c'est Brigitte Macron qui est plus âgée que son époux, quand en face, c'est monsieur qui est plus âgé que son épouse ! Pendant ce voyage en Amérique, on m'a ainsi plus souvent parlé de Brigitte que d'Emmanuel Macron. Alors je dois bien reconnaître que certains Américains étaient choqués par la différence d'âge. Mais la plupart étaient intéressés et observaient la France comme un pays en avance sur son temps. Ce que j'ai pu constater, en tout cas, c'est que notre pays séduit bien plus qu'avant ! Soit dit en passant, si vous aimez les paysages américains, n'hésitez pas à découvrir les Etats-Unis avec un camping-car : c'est vraiment le meilleur moyen de traverser le pays. Vous pouvez jeter un coup d'oeil au site de l'organisateur, si vous souhaitez vous faire votre propre idée. Retrouvez plus de renseignements sur l'organisateur de ce séjour en camping car aux USA.

  • Du L-39 à Lille

    La vie est courte. Très courte. C'est pour cela qu'il faut en profiter. Et c'est pour cela que, le week-end dernier, je me suis essayé au vol en avion de chasse. Ca s'est passé à Lille, et je peux vous garantir que pendant cette demi-heure de vol, j'ai été au septième ciel ! :) J'y suis pourtant allé un peu les mains dans les poches, persuadé qu'il s'agirait d'un simple vol sensationnel. Je n'étais après tout pas un bizut : j'avais déjà tenté un baptême en biplace par mauvais temps. Je pensais donc très naïvement être prêt pour les sensations de vol à bord d'un avion de chasse. Bref, parfois, je plane complètement. Parce qu'évidemment, j'étais loin du compte. Si je devais confronter les sensations de ces deux vols, je dirais que le vol en biplace est un simple bleu sur le genou ; tandis que le vol en Fouga, c'est plus proche d'une crise cardiaque. Dès le départ, les sensations sont spectaculaires : on a comme l'impression d'avoir fusionné avec l'appareil tellement on se fond dans le siège. Et ce n'est là que la mise en bouche ! Car juste après, l'on passe aux choses sérieuses avec les acrobaties aériennes. Et là, ça devient complètement fou ! Sous l'effet des G, le simple fait de lever la main devenait complexe. A chaque changement de trajectoire, je devais également contracter mes muscles pour éviter de tomber dans les pommes ! Mais le moment qui m'a le plus marqué, ça reste lorsque le pilote m'a expliqué comment effectuer une acrobatie, puis m'a soudain annoncé qu'il me laissait aux commandes. Fasciné, j'ai pu faire quelques virages et même m'essayer à faire un tonneau ! Mon pilote n'a même pas essayé de m'en empêcher. Au contraire, il a levé les mains pour me signifier que je me débrouillais très bien et sans aide ! Énorme moment que celui-là, à tel point que j'ai encore du mal à croire que je l'ai vraiment vécu. En tout cas, si vous en avez un jour la possibilité, je vous invite à le vivre vous aussi ! Je vous mets en lien le site où j'ai déniché ce vol à Lille. Pour en savoir davantage, je vous recommande la lecture du blog sur ce de baptême en L-39 qui est très bien fait sur ce thème.

  • Discriminations en Asie du Sud en 2016

    En 2016, des milliers de personnes ont manifesté contre la discrimination et la violence à l’encontre des dalits. Les populations marginalisées ont, cette année encore, été souvent méprisées par les gouvernements dans leur course à la croissance économique. Des millions de manifestants ont protesté contre des modifications du droit du travail. Des Noirs ont été confrontés au harcèlement, à la discrimination et aux violences racistes dans plusieurs villes. De plus en plus de crimes violents et de violences sexuelles visant des femmes ou des filles ont été signalés, mais les auteurs de ces actes jouissaient généralement d’une totale impunité. Les femmes issues de groupes marginalisés étaient en butte à une discrimination systémique. La législation indienne érigeait en infraction le racolage dans un lieu public, ce qui exposait les travailleuses et travailleurs du sexe à une série d’atteintes à leurs droits humains. L’article 377 du Code pénal indien était toujours utilisé pour sanctionner pénalement les relations sexuelles librement consenties entre adultes de même sexe, bien qu’il ait été contesté devant la Cour suprême. Le gouvernement indien a adopté une loi bancale sur les droits des personnes transgenres, qui a été critiquée par des militants à cause de sa définition problématique de ce qu’est une personne transgenre et de ses dispositions inadaptées contre la discrimination. Le Bangladesh a été le théâtre d’une série d’homicides et d’autres attaques visant des blogueurs, des athées, des étrangers et des personnes LGBTI, semble-t-il pour des raisons militantes. Les autorités ont réagi tardivement, arrêtant près de 15 000 personnes. Le gouvernement a souvent transigé avec son obligation de poursuivre les responsables qui utilisaient des mesures comme la détention arbitraire et secrète. Des attaques pour lesquelles personne n’a eu à rendre de comptes, telles que l’assassinat de Xulhaz Mannan, rédacteur en chef d’un magazine LGBTI, et de son ami Tanay Mojumdar, ont souligné le manque de protection pour les militants pacifiques. Des défenseurs des droits humains ayant fait l’objet de menaces similaires ont déclaré que la police ne les protégeait pas suffisamment ; d’autres hésitaient à s’adresser à la police car ils craignaient d’être inculpés ou harcelés Au Sri Lanka, les personnes LGBTI étaient en butte au harcèlement, à la discrimination et à la violence. Les auteurs de violences à l’égard des femmes et des filles restaient souvent impunis, y compris les militaires coupables de viol, et peu de mesures ont été prises pour lutter contre la violence domestique. Des Tamouls se sont plaints d’avoir été victimes de profilage ethnique, de surveillance et de harcèlement de la part de policiers qui les soupçonnaient d’être liés aux LTTE. Le Comité pour l’élimination de la discrimination raciale [ONU] a conclu que la Loi relative à la prévention du terrorisme était utilisée de manière disproportionnée contre les Tamouls. Des chrétiens et des musulmans auraient été harcelés, menacés et attaqués, notamment par des sympathisants de groupes politiques bouddhistes cingalais extrémistes. La police n’a pris aucune mesure à l’encontre des agresseurs et, dans certains cas, a reproché aux membres des minorités religieuses de les avoir provoqués.